Association rennaise de création et d'expérimentation de jeux sous toutes leurs formes.

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 19 le Mar 6 Juin - 11:08

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Projet Souffre Douleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Projet Souffre Douleur le Jeu 7 Avr - 16:54

Coucou !

Il y a un mois, nous avons été sollicités pour organiser un jeu à l'école sur le thème du harcèlement.
Nous avons pensé qu'agir sur l'empathie était une bonne piste.

En étudiant la discrimination (sujet classique de psycho sociale), j'ai eu une idée de jeu :

Grosso modo, c'est un jeu de mime

Déroulement :
Dans le jeu, il y a toujours un "méchant" qui porte un masque. Il ou elle est désigné(e) par l'animateur.
les autres joueurs sont les "gentils".
les "gentils" désignent parmi eux la victime appelée le ou la "muette"
dans la suite du jeu, le méchant masqué sort toutes les ignominies possibles sur la victime.
Pendant ce temps, les gentils doivent imiter les expressions et les postures de la victime.
Le jeu se termine quand la victime dit stop.
L'animateur pose les questions suivantes :
à la victime : "pourquoi tu as dit stop ?"
aux gentils : "est-ce que vous avez ressenti la même chose ?"
aux gentils : "est-ce que c'est juste ?" "pourquoi c'est injuste ?"
aux gentils : "est-ce que traiter les autres enfants comme [prénom de la victime] est juste ?"
Au méchant : "comment tu te sens ?"
Au méchant : "est-ce que tu as envie d'être gentil ?"

Il se peut qu'un gentil rigole, contre tout attente... dans ce cas, on demande aux autres gentils pourquoi ils n'ont pas rigolé.

Intérêt du jeu :
Le masque doit être hideux. Cela empêche l'identification des autres au méchant. Pas de complicité.
La victime est désignée parmi les gentils, donc elle est vue comme appartenant à leur groupe. cela sert à renforcer le favoritisme pour la victime. Les mimes viennent renforcer l'empathie.
L'empathie permet de faire naître un sentiment d'injustice, lequel entraîne une révision des préjugés sur les moches, les gros, les noirs, etc.

Variante : non seulement la victime peut dire stop, mais aussi l'un des gentils.
Dans ce cas, l'animateur demande au gentil : "pourquoi tu as dit stop ?"
après quoi, l'animateur dit : "en fait, tu as dit stop parce que tu es juste et courageux"
il demande ensuite à la victime 'qu'est-ce que tu as ressenti ?"
puis ils posent la liste de questions aux gentils et au méchant

Intérêt de cette règle : c'est un étiquetage du comportement. L'enfant ensuite, se considérant comme juste et courageux, a plus de chance de se comporter comme un Juste s'il assiste à une violence ou une injustice dans la cour de récré. Cela permet de briser le mutisme et le conformisme d'au moins un témoin devant cela.

Conclusion : Ce jeu et sa variante demandent à être testés, évidemment. Je reconnais que ce jeu est un peu radical, mais en même temps on s'attaque à des problèmes sérieux. Aux grands maux, les grands moyens.

Voila, c'est tout pour aujourd'hui.
Le professeur K

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Projet Souffre Douleur le Mar 26 Avr - 14:55

J'aime bien.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum